Sites de recasement provisoire des marchands ambulants de Dakar

Toujours méconnus et peu fréquentés

Dans des bâtiments en construction au centre-ville de Dakar, se trouvent  les  trois  sites qui accueillent désormais des marchands ambulants  déplacés de force des rues de la capitale qu’ils occupaient auparavant. Ces nouveaux sites sont peu visibles et n’attirent pas l’attention des passagers. Les marchands ambulants peinent à trouver des clients. Un petit tour dans ces endroits confirme la crainte de ces commerçants qui n’arrivent pas à écouler leurs marchandises.

Alors que le soleil monte au zénith, l’affluence ne laisse pas croire à un marché. Dans ce site situé sur l’avenue Albert Sarraut et encore sous surveillance de la police,les clients se font rares. Dès l’entrée, une odeur âcre d’ammoniac  nous prend  à la gorge, causée par les urines.Faute de toilettes, ici on se soulage sur les murs.

Dans ces trois sites qui font 730 places, il n’y a qu’une seule toilette pour tous les commerçants. Une situation qu’ils déplorent vivement.

Assis derrière sa table, Modou Ndiaye  la quarantaine, vendeur de lunettes espère trouver des clients qui, selon lui, ne fréquentent pas encore les lieux.

« Depuis que la mairie de Dakar nous  a recasé dans ce site, c’est la galère totale. Nous restons deux à trois jours  sans voir un client qui marchande, encore moins  qui achète. Nous n’arrivons plus à liquider nos marchandises.  En tant que  soutiens de famille, cela ne nous arrange  pas », se désole-t-il.

Auparavant, dit-il: « nous gagnions notre vie et parvenions même à épargner de l’argent. Mais maintenant, tout ce qu’on gagne se limite aux dépenses quotidiennes. »

« Nos conditions de vie sont misérables. Pis, notre santé est menacée à cause de l’ammoniac que l’on respire tous les jours », dénonce Thierno Gueye, commerçant.

Selon lui, les autorités  leur avaient promis  des bâches et des lampes pour mieux équiper  les sites. Mais jusqu’à présent, poursuit-il « on a rien reçu venant de ces autorités et c’est bientôt l’hivernage. Chacun de nous se  débrouille (…)  pour vendre dans de bonnes conditions ».

Les marchands ambulants ont par ailleurs interpellé  les autorités sur la promotion  des sites afin qu’ils soient définitivement connus par les clients.

Pour la réalisation du projet de pavage,  Youssou Diagne, représentant des commerçants explique que  la mairie de Dakar  a « déguerpi » 2356 marchands ambulants pour trois sites de 740 places. Dans toute l’étendue de  la ville, elle  a ciblé cinq points qu’ils occupaient, à savoir les avenues  Lamine Gueye prolongée, Ponty, Peytavin Albert Sarraut et la place  de l’indépendance.

Fatima Kane

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s